Une horloge qui indique le temps
Blabla Humeurs

La tortue qui voulait être un lapin

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
loading - La tortue qui voulait être un lapinLoading...

Je ne suis pas de ceux qui vivent à cent à l’heure. Moi, le temps me file entre les doigts. Je n’ai jamais assez de temps pour accomplir tout ce que je voudrais dans la journée. Je dors trop, je pense trop, j’analyse trop. Les heures défilent et je n’arrive à rien, je me gave de « et si », je pense aux conséquences de chacun de mes actes. 

Comme un animal craintif qui tâte du bout de la patte une construction frémissante avant d’y grimper, j’analyse toujours les situations avant de me lancer à corps perdu. C’est une bonne façon de me protéger mais combien d’opportunités ai-je ainsi laissé passer ? Beaucoup trop. 

Récemment j’avais voulu accélérer les choses, arrêter de trop penser, me laisser voguer au gré de l’océan et voir où tout ça me mène. Au début, c’était agréable, c’était libérateur. Moins de questions qui bourdonnaient dans ma tête. Moins de stress. Ça n’a pas duré. Parce que là, le navire est en perdition. J’ai trop déconné. Je me retrouve avec plein de responsabilités sur le dos, trop même. J’ai plus le temps pour mes projets persos et ça m’étouffe parce que merde, c’était vraiment mon objectif pour 2018: me recentrer sur mes besoins, mes passions. Ça me frustre. Dans ma vie sexuelle et amoureuse c’est un joyeux bordel aussi, j’ose pas trop soulever le couvercle pour voir toute l’étendue des dégâts pour être honnête. Je me suis investie dans une relation perdue d’avance. J’ai laissé partir des personnes que j’avais pas envie de laisser partir. J’ai accordé mon temps à des personnes qui ne le méritaient pas. Erreur de jugement, ça arrive à tout le monde oui mais non normalement ce genre de choses ne devrait pas m’arriver. C’est à ça que servent mes calculs, quand je réfléchis et que je retourne des situations 36 fois dans ma tête.

Il me faut plus de temps que les autres pour comprendre la scène finale d’un film, pour avoir mon bac, pour enfin faire ce que j’aime. C’est comme ça, j’ai un rythme différent.

Cette décision franchement discutable (et que je balance aux oubliettes) d’adopter un rythme qui n’est pas le mien m’a mise en danger. C’est d’ailleurs assez ironique: ma démarche se voulait être un gain de temps, mais au final j’ai plus l’impression d’avoir consacré mon énergie à des choses et des personnes qui ne méritaient pas que je le fasse. J’ai perdu mon temps en voulant l’économiser. Je me suis moi-même perdue en voulant rentrer dans un moule. Alors que j’ai cette façon de fonctionner qui m’est propre et qui me rend unique. Aujourd’hui j’ai décidé d’assumer pleinement mon côté tortue, et de ne plus me forcer à prendre des décisions dans un laps de temps qui me paraît trop court. Et tu sais quoi, sparkly baby ? Ça fait du bien. 

The following two tabs change content below.
0548fd003d8b0f495750cedb8699e4af?s=80&d=identicon&r=g - La tortue qui voulait être un lapin
Etudiante en coréen et communication le jour, serial collectionneuse d'enlumineurs la nuit.... Skincare et makeup nerd, féministe et grande lectrice. Meuf sympa.

3 thoughts on “La tortue qui voulait être un lapin”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *