James de la série Netflix The End of the F***ing World
Culture Séries / Films

The End Of The F***ing World : une série Netflix décalée

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
loading - The End Of The F***ing World : une série Netflix décaléeLoading...

L’autre soir j’étais chez un random fuckboy rencontré sur Tinder pour une soirée Netflix & Chill. Le côté chill laissait carrément à désirer, mais la série à elle seule rattrapait le niveau.

Avant d’aller plus loin laisse-moi te dire, sparkly baby, que j’ai pas Netflix et que je passe donc à côté de super séries oui je sais merci. Bref, je ne suis pas une référence en matière de séries hype. Donc pour que je te parle de The End of the F***ing World, c’est que c’est vraiment une série cool. 

The End Of The F***ing World : l’histoire en bref

James est un ado asocial et psychopathe auto-proclamé. Il vit seul avec son père qu’il méprise. Dans son temps libre, il tue des animaux et il a envie d’essayer plus gros (comprends: un humain). Alyssa est une lycéenne excentrique, qui ne se sent pas à sa place dans sa famille recomposée (en grande partie parce que son beau-père ne l’aime pas et a des tendances pédophiles). Ensemble ils vont tout envoyer en l’air, chercher à s’échapper de la routine. Spoiler: ça tourne mal. 

The End of the F***ing World, c’est l’histoire de deux gosses paumés, abîmés par les conneries des adultes de leur entourage et qui intériorisent toute leur souffrance. Deux âmes hors de contrôle et lâchées dans la nature, pour le plus grand malheur de certains. Pour eux, cette échappée sera une véritable leçon de vie: Alyssa sera confrontée à la vérité qui se cache derrière ses fantasmes et James apprendra à ressentir des émotions qu’il n’avait pas ressenti auparavant et à gérer un traumatisme de son enfance.

James et Alyssa de la série Netflix The End of the F***ing World

Pourquoi j’ai aimé The End Of The F***ing World

Parce que j’ai un faible pour les accents britanniques des acteurs principaux. Ok c’est un argument beaucoup trop subjectif. Parce que le décalage entre James et Alyssa est hilarant pendant les premiers épisodes. Et parce que les voir s’attacher l’un à l’autre au fil des épisodes et prendre conscience de leurs sentiments, c’est émouvant. J’ai commencé le premier épisode de la série pour son potentiel humoristique, je l’ai regardée jusqu’au bout car tous les personnages sans exception étaient attachants.

J’ai adoré la façon dont ces deux adolescents essayaient de s’en sortir alors qu’ils avaient le monde entier contre eux. Leurs dérapages, parce que ce sont deux gosses qui ont besoin d’aide après tout, et leur maturité face à des adultes malveillants ou simplement à côté de la plaque. Mais tous les adultes ne sont pas détestables malgré tout: je pense notamment à un agent de sécurité magnanime, à une inspectrice de police (trop) bienveillante…

Une autre des raisons pour lesquelles j’ai adoré cette série: une réelle volonté de diversité dans le casting. Les deux inspectrices lancées sur les traces de James et Alyssa sont lesbiennes, et l’une d’entre elles est une femme noire (et ce n’est pas la seule noire du casting). Chose de moins en moins rare par les temps qui courent mais encore trop peu répandu à mon goût. 

Pour finir, j’applaudis les scénaristes de The End of the F***ing World pour leur façon d’appréhender la sexualité: la notion du consentement, des préliminaires, du plaisir réciproque. Tout est abordé de manière totalement décomplexé et c’est rafraîchissant. 

Je conseille The End Of The F***ing World à qui ?

À ceux qui n’ont pas envie de se lancer dans le binge-watching d’une série de 12 saisons. Car The End of the F***ing World tient seulement en 8 épisodes et une seule saison (peut-être une deuxième prochainement, affaire à suivre), c’est regardable en une seule soirée. À ceux qui aiment l’humour noir typique des anglais. Et à ceux qui ont envie de sortir un peu du cadre des teenage romances à l’eau de rose qu’on nous sert habituellement dès que les acteurs principaux sont lycéens. 

Alors, sparkly baby, tentée ?

The following two tabs change content below.
0548fd003d8b0f495750cedb8699e4af?s=80&d=identicon&r=g - The End Of The F***ing World : une série Netflix décalée
Etudiante en coréen et communication le jour, serial collectionneuse d'enlumineurs la nuit.... Skincare et makeup nerd, féministe et grande lectrice. Meuf sympa.

6 thoughts on “The End Of The F***ing World : une série Netflix décalée”

  1. Je l’ai vu tout récemment et c’était tellement addictif que j’ai regardé la totalité des épisodes sur deux jours. Je suis contente de savoir qu’il y aura peut être une deuxième fournée. 🙂

    1. Haha pour le moment rien n’est encore sûr… Pour ma part j’ai beaucoup aimé le format court, condensé – et j’ai été tellement satisfaite de cette saison 1 que j’ai peur d’avoir mis la barre trop haut et d’être déçue par la suite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *