Tasse de thé et feuilles automnales
Blabla Humeurs

Mieux vaut tard que jamais

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
loading - Mieux vaut tard que jamaisLoading...

Je suis incorrigible. 

Je m’attache toujours à des gens, à des situations qui, sur le long terme, ne me font que du mal. J’imagine que c’est mon côté masochiste.

Je me lance dans des relations alors qu’une date de péremption plane déjà au-dessus de nos têtes. Mais comme une autruche, je fous ma tête dans le sable et je prétends ne rien voir. Le déni est un de mes meilleurs amis. Cette forme de lâcheté me répugne et pourtant, je suis incapable de m’en débarrasser

Sous le prétexte foireux de vivre l’instant présent j’ai vécu des expériences qui n’ont fait que m’abîmer davantage, moi qui suis déjà si fragile. Sous le prétexte foireux de donner une seconde chance à des personnes pour qui j’ai une immense affection j‘ai souffert physiquement et psychologiquement. Et je me déteste pour ça. Parce que j’ai beau me vanter d’être une connasse insensible envers ceux que je ne connais pas (et que je n’ai pas envie de connaître), de ne pas me laisser marcher sur les pieds… Je suis beaucoup trop gentille avec mon entourage. Le problème c’est qu’après, les gens s’y habituent. A force d’être conciliante, de faire passer mes besoins après ceux des autres, je réalise que peu de gens s’intéressent à mon bien-être

Il faut que ça change. Plus qu’un choix, c’est un besoin pour moi. Je ne peux plus me permettre d’accepter de souffrir pour des personnes qui ne prennent pas la peine de me demander des nouvelles ou de me réconforter quand j’en ai besoin. Même si pour cela je dois me priver de potentielles belles histoires et de super plans cul, et tirer un trait sur des relations en cours sur lesquelles je m’appuyais un peu trop. Je n’arrive pas à contrôler mes émotions, je suis incapable de divorcer de mes états d’âme. Mais il faut que je me protège, que je prenne soin de moi. 

Elle arrive un peu tard, mais c’est ma résolution pour 2018: arrêter de porter à bout de bras des relations unilatérales. Arrêter de faire des efforts pour ceux qui ne les méritent pas. Arrêter d’essayer quand c’est voué à l’échec. Je sais que je ne pourrais pas m’y tenir à 100% et je suis prête à m’autoriser encore quelques erreurs. Mais ma décision est prise. 

Et toi, sparkly baby ? Est-ce qu’il y a des choses que tu as envie de changer dans ta manière d’appréhender tes relations ? 

The following two tabs change content below.
0548fd003d8b0f495750cedb8699e4af?s=80&d=identicon&r=g - Mieux vaut tard que jamais
Etudiante en coréen et communication le jour, serial collectionneuse d'enlumineurs la nuit.... Skincare et makeup nerd, féministe et grande lectrice. Meuf sympa.

5 thoughts on “Mieux vaut tard que jamais”

  1. Un seul mot me vient : Waouh !
    Tu ne pouvais pas plus parler à mon for intérieur…
    Je pourrai avoir écrit ce billet (sûrement pas avec les mêmes mots et aussi bien, hein, mais dans l’état d’esprit).
    Je ne sais pas si, de mon côté, je suis prête pour ce changement. J’ai déjà tenté en vrai mais la décision est prise : il faut sortir de ce puits/gouffre !

    1. Merci pour ton commentaire! Je me sens moins seule face à ce trait de personnalité beaucoup trop « néfaste » pour ma personne. C’est très dur de prendre la décision de changer radicalement, surtout quand notre entourage est habitué à ce qu’on fonctionne d’une certaine manière (vu qu’on se prend des réflexions pas toujours sympas, du type « bah il t’arrive quoi? Tu fais la gueule ou tu t’es levée du pied gauche? » NAN je suis juste pas à ton service). Courage!

  2. Merci pour ce petit texte !
    J’ai moi aussi pris l’habitude de me mettre dans ce genre de situations. Des relations qui je sais ne se termineront pas bien mais je mets quand même les deux pieds dedans. J’avais le même raisonnement que toi sur « je suis trop gentil », ou « j’essaye de faire l’infirmier ». Hélas pour ma part ce n’est qu’une réponse partielle. Quand je me demande « mais pourquoi je fais ça? », je sais que la réponse n’est pas que positive pour moi-même non plus. Avoir une relation avec quelqu’un que je sais « moins bon » que moi, ou « moins réflexif » ou plein d’autres moins, m’apporte une forme de jouissance, même si j’en souffre au bout.
    Loin de moi l’idée de penser que c’est pareil pour toi.
    Just my two cents.

    1. C’est vicieux hein? Moi ça me rend folle, j’ai beau SAVOIR que ça marchera jamais sur le long terme, je fais l’autruche et je me trouve toutes les excuses possibles et imaginables pour fermer les yeux sur un constat qui se révèle souvent douloureux par la suite… Je ne considère pas ça comme une jouissance pour ma part, plus comme d’agréables moments éphémères. Bien souvent ces relations elles ne m’apportent que peu de positif, quand je prends du recul.
      En tout cas merci à toi pour ton commentaire, c’est toujours agréable d’échanger et de comparer nos expériences, nos points de vue 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *