Femme de dos prend la fuite dans le métro parisien
Blabla Humeurs

Prendre la fuite

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (3 votes, moyenne: 5,00 sur 5)
loading - Prendre la fuiteLoading...

Je pense que nous avons tous une forme de lâcheté en nous. Chacun à sa manière. Ma lâcheté à moi (outre ma propension à baigner dans le déni, ce que je t’avais déjà expliqué dans un autre billet d’humeur) c’est cette manie de tourner les talons sur un coup de tête. Souvent sans prévenir, sans explications.

« Tu vas disparaître, encore ? »

M’évaporer dans les couloirs du métro, me fondre dans la foule. J’ai pris cette mauvaise habitude. Mes instincts, patinés par les expériences traumatisantes et la violence des autres, m’entraînent systématiquement sur cette voie. Le silence me permet de garder le contrôle. La fuite me permet de me protéger– temporairement.

Me protéger de quoi ? Des relations toxiques, des personnes malveillantes ? Pas seulement. J’ai déjà viré de mon entourage des amis de longue date, des amants qui tenaient une place importante dans ma vie. Parfois il suffit d’une phrase, d’un geste. Et je me braque. Instabilité de celle qui a été trop peu aimée, trop peu soutenue. C’est pas juste de faire payer à certains les erreurs des autres. C’est un putain de défaut, un coping mechanism foireux, j’en ai conscience. Mais j’en ai assez des efforts pas réciproques, des baisers vides de sens, de la tendresse mensongère. 

Je suis désolée que ma langue, lourde de secrets et d’émotions refoulées, se refuse à donner des explications à ceux pour qui j’ai tant d’affection. Mais me retrouver seule avec mes sentiments, posés en tas sur le plan de travail de la cuisine, c’est ce que je fais de mieux nan c’est faux je suis aussi très douée pour les laisser en boule dans un coin et faire comme s’ils n’existaient pas. Les déballer à deux, les analyser, les comprendre, je sais pas faire. Je suis d’ailleurs plus à l’aise au milieu d’un groupe d’étrangers que dans les bras de celui que j’aime. Paradoxe.

J’ai toujours été pleine de contradictions. Fuir alors que j’aimerais me lover dans ses bras et l’empêcher d’aller à son rendez-vous pro. Fuir alors que c’est exactement le type de personne dont j’ai besoin dans ma vie. Fuir plutôt que de communiquer sur le pourquoi du comment je ne suis plus heureuse et notre relation ne me satisfait plus putain et ça me ronge mais je suis accro à lui. Préférer la fuite au dialogue c’est d’autant plus ironique que j’ai toujours considéré que la communication est un des piliers de toutes les relations, qu’elles soient amicales, sexuelles ou autre. J’ai toujours été pleine de contradictions, encore une fois.

Faites ce que je dis mais pas ce que je fais.

The following two tabs change content below.
0548fd003d8b0f495750cedb8699e4af?s=80&d=identicon&r=g - Prendre la fuite
Etudiante en coréen et communication le jour, serial collectionneuse d'enlumineurs la nuit.... Skincare et makeup nerd, féministe et grande lectrice. Meuf sympa.

6 thoughts on “Prendre la fuite”

  1. Personnellement, je fuis aussi mais plutôt quand je me sens agressée ou quand on me demande de m’ouvrir alors que je ne sais pas encore ce que je ressens. J’ai ce besoin de d’abord m’analyser moi-même.
    Il y a des gens très doués pour pousser les autres dans leurs retranchements, moi dans ces cas-là je fuis 😉

    Je ne sais pas si c’est de la lâcheté…

    Merci pour ton article en tout cas.

    1. Merci à toi pour ton commentaire 😉
      Je pense que ça dépend du point de vue, certains vont définir ça par de la lâcheté, d’autres comme un mécanisme de défense. Je ne pense pas qu’il y ait une seule bonne réponse!

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *