Mon avis sur la série dystopique Handmaid's Tale
Culture Séries / Films

The Handmaid’s Tale : la série dystopique et féministe

Des semaines que je te tease cet article, sparkly baby. Que je te vante à demi-mots cette série époustouflante sur mes réseaux sociaux, mais toujours sans entrer dans les détails. Je ressens donc le besoin de m’exprimer par rapport à ce honteux teasing. La raison en est toute simple :  lorsque j’ai commencé à m’exprimer sur le sujet, je venais seulement d’attaquer la saison 2 de The Handmaid’s Tale (un peu après les américains, grâce à la rapidité des traducteurs de la plateforme OCS), et je ne souhaitais pas donner un avis trop tranché alors que j’ignorais ce que l’équipe de la série nous réservait pour la suite.

Cependant, j’ai eu l’occasion de visionner le dernier épisode de la saison 2 de The Handmaid’s Tale tout récemment, et j’ai très envie de te faire part de mon avis à propos de cette série, sparkly baby.

The Handmaid’s Tale : l’histoire en bref

The Handmaid’s Tale, traduit par « La Servante Ecarlate » en français, compte 2 saisons et 23 épisodes au total.

Cette série nous plonge dans un futur proche, gangréné par les apocalypses climatiques, où la fertilité est en chute libre et le taux de natalité est, par conséquent, extrêmement bas. Des extrêmistes protestants en ont profité pour prendre le pouvoir et imposer un régime totalitaire, transformant les Etats-Unis en République de Gilead. Tandis que les hommes occupent le pouvoir, les femmes de ces dirigeants prennent le statut d’Epouses (habillées en vert), de Marthas (des bonnes à tout faire vêtues de gris) ou de Servantes (habillées de rouge) qui sont éduquées et encadrées par des Tantes (facilement reconnaissable grâce à leurs habits marrons). 

C’est aux Servantes qu’incombe la responsabilité de mettre au monde les héritiers de Gilead, et de perpétuer l’espèce humaine

Serena Waterford pendant la saison 2 de la série Handmaid's Tale

Pourquoi j’ai aimé The Handmaid’s Tale

Bien que The Handmaid’s Tale soit une série basée sur le roman de Margaret Atwood sorti en 1985, elle est totalement d’actualité selon moi. En effet, avec l’arrivée de Trump au pouvoir notamment, les droits de la femme sont plus que jamais remis en question : les agressions sexuelles non punies par la loi et les propos sexistes d’hommes d’Etat s’accumulent, le droit à l’avortement est questionné dans certains pays… Bien loin de moi l’idée de politiser ce blog dit celle qui a carrément une catégorie sur le féminisme, mais il faut bien reconnaître que depuis quelques années, la République n’est plus ce qu’elle était. La menace terroriste est apparemment un excellent prétexte pour imposer des mesures politiques d’ordre publiques de plus en plus strictes, ainsi que pour cautionner les répressions policières abusives (je pèse mes mots, ayant à la fois des connaissances chez les représentants de l’ordre et chez les manifestants). Anyway. Un sujet d’actualité, donc. 

J’ai adoré le fait que tous les personnages de la série soient d’une grande complexité. Il n’existe pas de grand-méchant-vilain-pas-beau dans The Handmaid’s Tale, mais des personnes au passé parfois traumatisant, aux convictions douteuses, et aux choix de vie mal réfléchis je n’excuse pas la cruauté de certains hein qu’on soit bien clairs. L’oppresseur peut d’ailleurs devenir l’oppressé en l’espace de quelques épisodes seulement…

La saison 2 m’a particulièrement plu car elle m’a fait découvrir le passé de certains personnages et ainsi, j’ai pu comprendre certaines de leurs actions ainsi que leur mode de fonctionnement. Elle m’a également permis de constater une nouvelle fois à quel point le casting de The Handmaid’s Tale est formidable. En effet, le jeu d’acteur est globalement très bon, aussi bien pour les rôles principaux que pour les rôles secondaires. 

Je conseille The Handmaid’s Tale à qui ?

Aux amateurs de séries dystopiques, assurément. Mais également aux fans de Margaret Atwood, car l’auteure a été pleinement mise à contribution pour cette adaptation de son oeuvre. 

Et toi, sparkly baby, as-tu déjà eu l’occasion de visionner The Handmaid’s Tale ?

The following two tabs change content below.
0548fd003d8b0f495750cedb8699e4af?s=80&d=identicon&r=g - The Handmaid's Tale : la série dystopique et féministe
Etudiante en coréen et communication le jour, serial collectionneuse d'enlumineurs la nuit.... Skincare et makeup nerd, féministe et grande lectrice. Meuf sympa.

2 thoughts on “The Handmaid’s Tale : la série dystopique et féministe”

  1. J’adore aussi cette série ! J’étais perplexe par-rapport au fait qu’il y ait une saison 2, mais finalement, j’ai beaucoup aimé ! L’évolution et le traitement des personnages sont juste parfaits. D’ailleurs, tu as vu Alias Grace ? C’est une copine qui regarde The handmaid’s tale qui m’a conseillé et j’ai bien aimé, bien que différent 🙂

    1. Aaaah, contente de voir quelqu’un du même avis que moi ! J’ai cru comprendre que les avis concernant la saison 2 étaient plutôt mitigés.
      Je n’ai pas vu Alias Grace mais j’ai lu le livre à partir duquel il a été adapté, Captive (et j’en parle sur le blog 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *